Ecosystèmes

Restauration
des écosystèmes

Les mangroves, les herbiers marins et les récifs coralliens sont les principaux écosystèmes côtiers tropicaux. Ils sont complémentaires et essentiels au maintien des processus naturels tels que le transport des nutriments, le cycle de vie animale et les réseaux trophiques. Au sein de l’aire marine protégée de l’ile de Pangatalan (PIMPA), ce tryptique couvre une surface de 17,79 ha soit 39,6 % de la surface totale.

Nos objectifs

Restaurer les habitats

(forêt, mangroves, récifs coralliens)

Repeupler

(plantes, coraux, poissons)

Restauration de la végétation

Nos actions de restauration ont démarré sur l’île de Pangatalan car la déforestation avait provoqué l’érosion des sols, la disparition des oiseaux et des insectes, la mangrove avait été brûlée de façon illégale pour produire du charbon de bois. De 2011 à 2020, nous avons planté environ 80 000 sujets, dont 12 000 propagules de mangroves. L’effort continue pour assurer une croissance pérenne de la végétation ainsi que la restructuration du sol.

Restauration des récifs coralliens

Dans la baie de Shark Fin, comme ailleurs aux Philippines, les coraux qui sont en grands nombres ont été détruits par la pêche à la dynamite. En 2016, nous avons créé des modules de récifs artificiels pour servir de supports à nos bouturages de corail et accroître la résilience naturelle des récifs coralliens : les Sulu-Reef-Prosthesis (SRP). Ces récifs artificiels fournissent également un nouvel habitat pour la faune et la flore marine, ils sont conçus et fabriqués sur l’île. Tous types de coraux peuvent être feixés sans aucun plastique ou composant chimique, uniquement par pression. Les SRP permettent également le recrutement naturel de coraux, les premiers résultats mettent en évidence un taux de survie de 76.6% et un taux de fixation de 70.9% dès la première année. De 2017 à 2020, nous avons fixé environ 2 000 fragments de coraux sur nos SRP. Nous poursuivons nos études sur l’impact de ces récifs artificiels avec les communautés récifales, et nos recherches pour améliorer notre procédé de restauration.

Repeuplement des communautés de poissons

En 2020, nous démarrons un programme de repeuplement de poissons qui doit permettre de relâcher environ 40 000 juvélines par an dans les aires marines protégées. La technique utilisée est la Post-larves Capture-Culture-Relâche (PCC) développée par notre partenaire Ecocean. Les post-larves sont capturées en milieu naturel, puis élevées pendant 2 à 3 mois en milieu contrôlé, et enfin relâchées avec des protocoles qui permettent de maintenir les comportements sauvages afin d’assurer la survie des juvélines. Cette technique augmente d’environ 85% la survie des post-larves qui vont atteindre le stade juvéline afin de grossir les populations sauvages.