Recherche

Recherche
scientifique

Depuis la création de l’aire marine protégée de Pangatalan en 2016, plusieurs missions scientifiques ont été réalisées grâce à nos partenaires et leurs techniques très spécifiques : photogrammétrie, acoustique et PCC de post-larves de poissons.

Nos objectifs

Mieux comprendre les écosystèmes

Être une plateforme scientifique

Suivre l’évolution des milieux marins

Tester les techniques de suivis biologiques innovantes

Photogrammétrie des récifs coralliens

La photogrammétrie est une technique qui permet de cartographier un paysage en trois dimensions en utilisant la parallaxe d’images obtenues par différents angles de vue. Notre partenaire Andromede Oceanologie maîtrise et développe cette technique sur les récifs de Shark Fin Bay, afin d’assurer un suivi de leur santé. Durant le projet Sea Academy, Andromede Oceanologie suivra 3 sites de 150 m² au sein des aires marines protégées pour observer leur évolution en milieu protégé.

Analyse acoustique des récifs coralliens

L’écoute passive des récifs en continu, permet d’évaluer l’activité et la santé de ces sites. La reconnaissance de certains sons permet d’identifier les espèces non visibles. La triangulation des sons permet de les situer et de cartographier l’activité du récif ainsi que l’activité humaine (bateaux, dynamite). Notre partenaire, l’institut de recherche Chorus, maitrise et développe cette technique, durant le projet Sea Academy, Chorus suivra plusieurs sites de la baie Shark Fin en se concentrant sur les poissons et les invertébrés.


Écoute de sons d’animaux marins



PCC Capture-Culture-Relâche de post-larves

La plupart des animaux marins (surtout les poissons côtiers et les crustacés) subissent une mortalité de plus de 90% au stade post-larvaires durant la première semaine de la colonisation des récifs côtiers (Doherty et al, 2004 ; Planes et al 2002 ; Planes et Lecaillon 2001). C’est pour augmenter le taux de survie que notre partenaire Ecocean développe la technique PCC : capturer les post-larves au state de grande vulnérabilité, et les relâcher dans des zones de refuges après les avoir fait grossir en sécurité pendant 2 à 3 mois. Ce procédé permet d’augmenter les populations de poissons récifaux. Dans le cadre du projet Sea Academy, notre fondation applique cette technique afin de repeupler les 3 aires marines protégées et la baie de Shark Fin. Des suivis permettent d’estimer le taux de survie des poissons relâchés et leur migration dans la baie.

ADN environnemental

Le protocole consiste à prélever, sur le site d’étude, deux échantillons (100 mL) d’eau de mer filtrée qui sont envoyés en laboratoire d’analyse génétique. Ce dernier analyse les ADN issus de l’échantillon et identifie les traces laissées par les espèces dont le génome est déjà connu. Cette méthode permet d’identifier la présence d’espèces non visibles, et complète de façon intéressante d’autres techniques qui sont limitées à l’identification d’espèces durant les plongées, par analyse d’image ou par analyse d’écoutes sonores.

Suivis des aires marines protégées

Nous effectuons des suivis dans les 3 aires marines protégées et aux alentours pour évaluer l’effet de la protection. Ces suivis consistent en un recensement visuel en plongée des poissons, des invertébrés et de la couverture corallienne, accompagnés de vidéos pour mémoriser le tracé. Ils sont réalisés chaque année.